fbpx
Exposition Adam x Kuenen
July 12, 2020

« WANDFLICKEN »

Stephan KUENEN est un artiste allemand autodidacte. Son nom même le prédestinait à l’art, puisque Art en allemand se dit KUNST – KUeNenSTephan.

Au fil des années, il aura touché à tous les genres de peinture (sur toile, sur soie, sur bois, sur métal, à l’huile, etc.), ainsi qu’à la sculpture. Il a exposé à Cologne, Allemagne, à Aix en Provence, France, et au Luxembourg.

Né le 3 mars 1961 à Cologne, où il réside et travaille, Stephan est un artiste qui refuse obstinément de se laisser enfermer dans des cases artistiques.

Les cases artistiques, il y rentre, pour mieux en ressortir. Il peint ce qui l’inspire, il peint ce qui le rend heureux.

Aujourd’hui, à l’Espace Candide, il parle de réseaux, qui  dansent sous nos yeux,  aux  couleurs éclatantes, fortes et vives.

Sur les 600 tableaux numérotés de la collection «Wandflicken», il ne lui en reste plus qu’une cinquantaine : dont les 20 tableaux exposés en ce moment.

Des tableaux qui en appellent à nos individualités. Chacune des peintures est totalement individuelle et autonome,  et en même temps combinée aux autres elle devient la partie d’un tout – elle devient Composition.

Arranger la composition sur votre mur, changez-la, divisez-la, multipliez-la sur le même mur ou sur plusieurs murs, dans une seule pièce ou dans plusieurs pièces. Jouez  avec  les couleurs et mariez- les entre elles. Vous êtes maintenant l’artiste.

Méditez devant votre œuvre. Rêvez devant votre composition.

Entrez dans la matrice du réseau. Reculez, déplacez-vous tout autour, voyez-vous le treillis, l’entrelacs, les profondeurs ?

Stephan Kuenen est un artiste ouvert sur son monde et à l’écoute de ses sens.

« RENCONTRE »

L’artiste Ferneysien Frédéric Paul Christian ADAM vous fait découvrir son œuvre dans son exposition «  RENCONTRE » ; il y présente La Femme.

Son inspiration : une recherche de ce fragile équilibre, cette balance sans cesse – selon lui – entre force, énergie, liberté, plénitude, affirmation de l’être… une certaine perception de cette aventure, la Femme.

Son travail, une expression essentiellement figurative, touchant au réalisme. Son média privilégié ; la peinture acrylique. Ses supports ; plus c’est grand, plus il aime ! sur châssis bois entoilés.

Frédéric Paul Christian ADAM a un parcours des plus original : ancien élève de l’Ecole du Service de Santé des Armées, ancien assistant des hôpitaux, après une longue carrière comme médecin urgentiste puis comme praticien libéral, notre artiste a bel et bien tourné la page.

L’artiste n’en est pas à son coup d’essai, ayant déjà exposé dans la région depuis qu’il s’y est installé.

Ainsi qu’il aime à l’évoquer, «  En fait, si je n’avais pas fait médecine – Le Système avait décidé que je n’avais pas d’autre destinée que celui d’aller en Art et décoration ! Mais, le destin – ou plutôt le désir de faire plaisir à une mère adorée (car, en bon fils ne doit-on pas toujours s’efforcer de ne jamais contrarier une mère qui, comme on le sait, n’a à cœur que le bonheur de son enfant ?) – devait en décider autrement ! Et, la médecine, c’est pourtant bien le métier que je devais exercer durant toutes ces années, urgentiste et généraliste, puis… médecine esthétique. Ah,  tiens ! Comme tout cela est curieux.

Du plus loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours dessiné (en classe, à l’école, ma place préférée était juste devant ce grand bureau en bois, surélevé ; cette place privilégiée, mine de rien,  me mettait à l’abris de cette surveillance exercée par nos professeurs sur les élèves suspects – qui, selon une certaine culture, ne pouvaient se dissimuler que dans les derniers rangs. Il ne leur venait à priori pas à l’esprit que leurs cibles puissent se réfugier juste sous leurs yeux, si prés). Sous ce couvert, armé de mon stylo, mon crayon, mes doigts fébriles accouchaient d’amazones aux formes généreuses, de héros musclés, de félins à dents de sabre, de voitures de sport, de vaisseaux extraterrestres…

Je pense que rien ne naît du hasard ! Que je puisse me consacrer, enfin, à la création, n’est sans aucun doute que la résultante d’un long cheminement, une phase nécessaire passant par une longue gestation, le mûrissement. Ce chemin particulier m’aura finalement permis de toucher à cette autre vie et a, assurément, participé à l’enrichir.

J’ai la sensation de me révéler jour après jour, challenge après challenge ; une nouvelle création ne se présente-t-elle pas comme une véritable aventure, une exploration. Il est certain, qu’à chaque pas, le  voyage me mène vers une autre découverte. Tout cela n’arrête pas de me surprendre ! 

Un embarquement, dans une nouvelle entreprise, le projet suivant, face au support de ce qui va naître : une quête, vers ce mélange de minimalisme où s’équilibre ce fil ténu entre le « trop peu » et le « pas assez », un jeu fragile entre ombres et lumière ; l’harmonie du jeu de courbes, tout expression d’élan, d’énergie, de vie… »

Voilà ce qui pourrait éclairer, d’une réalisation à l’autre, le mystère de ce cheminement créatif de l’artiste, Frédéric Paul Christian ADAM.

Le 18 juillet vous avez été nombreuses et nombreux à venir au vernissage des artistes Stephan KUENEN & Frédéric Paul ADAM et à goûter aux vins bios de Frédéric Robital, de “Un sommelier dans votre cuisine”.Les portraits de femmes et leurs regards hypnotiques de Frédéric Paul Adam mêlés aux tableaux aux couleurs multiples et changeantes de Stephan Kuenen sont exposés à l’Espace Candide jusqu’au 22 août

Autres événement